Le tressage

Comme promis avant-hier, une petite démo rapide, je ne suis pas pro de la chose. Je tresse à trois brins comme une natte de cheveux, avec quelques loupés une fois à gauche ou à droite comme ça m’arrange. L’important étant que les bulbes restent bien accrochés lorsqu’on les pend.

tressage oignon

La totalité de mes cueillettes, nous avons pour faire cet hiver . De gauche à droite : oignons jaunes, oignons blancs et rouges ( moins nombreux, déjà mangés ) ails et échalotes. Dans le cageot à droite,  mes ails à repiquer cet automne  et des échalotes à planter en février prochain .

Depuis quelques jours, ça bugg grave sur internet, on a pas pu insérer la vidéo, cliquez sur tressage oignon . Désolé du retard pour tous ceux qui attendent mes articles avec impatience. Merci à tous.

Avez vous des problèmes de débit sur l’ordi ?

Enregistrer

Enregistrer

Les ails, échalotes et oignons

Les divers bulbes et caïeux ont été ramassés et mis à sécher, à l’ombre pour les ails et échalotes, au soleil pour les oignons afin que les tiges sèchent plus facilement. Les oignons n’étaient pas tout à fait mûrs, mais déjà assez gros et couverts en partie (parcelle 3) par des repousses de soucis. Ils étaient mieux à sécher au milieu de la cour. En zone de culture on les lève de terre pour arrêter leur croissance et les faire mûrir (les gros oignons étant invendables). Nous aimons les gros oignons, mais Ciboulette, ma cuisinière préférée, aime aussi les plus petits (plus fins au goût) .

Petits les oignons de ce côté, tout près des peupliers dont les racines superficielles pompent beaucoup d’eau!

Demain, tressage des bulbes. Bonne soirée à tous.

Enregistrer

LES LAPINS

Pas nombreux les lapins, seulement une mère et sa nichée, les petits sont nés début de ce mois. Ces jours avec les fortes chaleurs, ils sortent du nid et s’étalent sur le béton de la cage où ils trouvent un peu de fraîcheur. Assez sympa ?

Ils n’ont pas encore les yeux ouverts. La mère surveille de loin, et c’est beau.

Pour Estelle la plus belle nivernaise du monde, à plus ma chtite.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La fin de la visite du jardin

Il est temps de finir les présentations des diverses parcelles. Sur la 14, au bord ouest de la serre, j’ai planté cette année des courgettes, des bettes à côtes et des tomates cerises. Il y a, côté bâtiment, un pied énorme de serpolet et un pied de thym provenant de la Nièvre. Avec mon fils Matt, on échange des plants. Il m’a offert les plants d’artichauts avec un peu de chélidoine (la fameuse herbe aux verrues) il aime le jardinage, c’est peut être dans les gènes (merci Matt).  Sur la 15, j’ai laissé un pied de bette monter à graine. À côté dix chrysanthèmes, obtenus à partir de deux plants de 2016, sont enterrés en pots. Sur le reste j’ai repiqué cinq pieds de tomate récupérés chez Armand un copain, dont trois plants d’Armana orange paraît-il très goûteuses (encore un essai). Si elles sont bonnes, j’en ferais quelques graines ; elles ont été plantées tard (à suivre) Sur la 16, toute petite, il y a des rosiers, du persil en fleur et de la ciboulette, sur le reste j’ai planté des choux cabus (tête de pierre) et des soucis. Juste à côté, du thym et du serpolet qui sont envahis tous les ans en hiver par de la valériane (mâche sauvage).

Il reste quelques recoins à voir, le jour viendra. La période des récoltes de graines, de pommes de terre et de caïeux (ails, oignons et échalotes) est arrivée. À suivre.

le pied de serpolet

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La serre

La serre construite il y a 5 ans abrite depuis mes cultures de tomates. Elle n’est pas très grande (4 / 2) mais j’en suis très content. Je ne traite plus du tout depuis. Cette année, après un engrais vert à base de trèfle incarnat et d’avoine que j’avais semé en novembre, j’ai préparé le terrain avec un apport de terreau de fumier et de compost fourni par mon composteur (merci John). Début avril mes semis déjà repiqués en pots ont été mis en place. Quatorze pieds de tomates (2 Cornues des Andes, 4 Rose de Berne, 4 Noires de Crimée, 2 Ananas jaune et 2 hybrides Pyros) ont été plantés, le reste des plants ont été donnés. À côté contre la bâche, des piments (graines provenant de La Réunion offertes par  mon fils Christophe  ) ont été repiqués.Seize plants élevés comme les tomates sont mis en place quelques jours après celles-ci (Cabri, Blanc, Achards, Oiseaux, Thaï, Cloche et Martin). Au fond, devant la porte S/O protégé par un brise-vent, un pied de concombre a été repiqué. Dans les intervalles, entre les tomates des pieds d’ œillet d’inde et de basilic ont été replantés. Un peu de diversité dans huit mètres carrés ne nuit pas !

La serre est aussi utilisée pour abriter toutes sorte s de semis et repiquage. Au printemps il y a des pots, godets, barquettes de plants partout.

Les tomates mûrissent bien, nous en mangeons depuis début juillet, et nous avons déjà récolté une dizaine de concombres.

Fleurs de piment Thaï et piments en formation.

Piment Blanc, fleurs et fruits en formation. Aujourd’hui tous mes pieds sont en fleurs ou plus.

Belle diversité sur huit mètres carrés.

Enregistrer

Enregistrer

le kiwi, la 10 et la 12

Le kiwi, planté il y a plus de 20 ans n’a pas supporté le gel de fin avril, malgré toutes mes précautions (il n’y a quasi pas de fruits cette année). Sous le kiwi, j’ai mon hôtel à insectes et un treillage bricolé ce printemps où grimpent des ipomées. Sur la 10, trois pieds d’artichaut plantés en 2016 sous lesquels j’ai repiqué en mars des choux fleurs. Les artichauts se sont très bien développés et ont étouffé mes choux. Par contre, nous avons récolté une vingtaine de têtes d’artichauts très tendres et bonnes.Sur la parcelle 12 contre la serre, j’ai replanté deux poivrons doux et deux aubergines et laissé pousser sous le kiwi des capucines .

Un filet sur la serre la protège du soleil. Qu’il y a t -il dans cette serre ? ce sera le prochain article.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

9 et 11

Sur la parcelle 9, un semis de carottes et de poireaux a été effectué en mai. Avec une très mauvaise levée et un semis naturel de fenouil grain de l’année passée, j’aurai quelques carottes.  J’ai aussi repiqué quelques poireaux dans mes fraisiers. Il y a aussi des pieds de persil montés à graine. Sur la 11, avec quelques fraisiers, j’ai repiqué des rutabagas.

Enregistrer

Enregistrer

Le début des haricots

Sur la parcelle 8, des panais, du persil, des carottes et des salades ont été cultivés en 2016. Cette année à la place des salades j’ai semé des carottes. Sur le reste de la parcelle, des haricots nains (fingourmet) et un pied de ramant (haricots de la reine d’Angleterre) dont 5 grains m’avait été offert gracieusement par la responsable d’un jardin pédagogique visité fin octobre vers Autun. www.alosnys.com

Ils sont peu productifs malgré les nombreux bourdons venant les butiner tous les matins. Le grain est bleu, le feuillage plutôt pâle et les fleurs d’un beau rouge. Le persil est toujours là, il a été semé en fin d année 2016.

Les fingourmets ont été cueillis deux fois, ceux de la reine sont des haricots à grains. À noter, à gauche mes semis du 11 cachés sous un brise-vent, pas de problème avec les chats, protégé du soleil et moins de colmatage lors des arrosages.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le cri cri

Aujourd’hui pas de jardinage c’est le nœud de la lune, nous avons scié du bois avec mon fils. Dans le fond de la pile, nous avons trouvé un énorme crapaud, adopté aussitôt, il a été transporté au jardin en faisant un peu de place sous mon petit hôtel à insectes. Il a l’air de bien s’y plaire, ça aime bien les limaces et cela m’arrangerait d’en avoir moins. Restera-t-il là allez savoir? On l’a nommé CRI CRI.

la fin des pois et fèves

Hier après être passé chez mon beau frère pour chercher une benne pour rouler du bois et après à une visite de son jardin, j’ai changé d’avis. J’ai nettoyé les parcelles 4 et 7.

Sur la 7,en 2016, après des patates précoces (carlita) j’avais semé des haricots (qui ont gelé fin octobre malgré un film d’hivernage) des radis roses et des radis noir. Les deux rangs de radis nous ont occupés tout l’hiver et en en donnant beaucoup. Ce printemps j’ai semé des pois mangetout, des fèves et un peu de petits pois. Récolte correcte. J’ai donc tout arraché, greliné (assez tendre le terrain) et semé de la laitue à couper, des carottes de Meaux, du persil frisé, un peu de scarole et quelques radis ronds à travers.

Sur la 4, suite à des pommes de terre, buttées et paillées, et un repiquage de chicorées mulchées avec des feuilles, cette année j’ai repiqué des oignons (blancs rouges et jaunes) ainsi qu’un rang d’échalotes rondes. J’ai tout arraché vu les pluies de ses derniers jours et des signes de pourrissement (oïdium). Puis j’ai préparé la parcelle pour une culture d’automne.À pailler à la tonte dans l’attente.

À noter : le jardin de mon beau frère et de sa femme (elle aime bien jardiner) est super. De très beaux légumes, pas de traitements, j’ai encore des choses à apprendre et c’est bien.

Enregistrer

Enregistrer

la brousse de la 5

Il faut que je me dépêche de présenter mes derniers lots avant l’hiver. En 2016, sur la parcelle 5, j’avais semé un rang de haricot (fingourmet) et repiqué des salades sur les bords, dans le reste j’avais repiqué un mélange de fleur mellifère semé en barquette. En fin d’année après nettoyage et griffage, j’avais repiqué des chicorées d’hiver (géante maraîchère et ronde verte à cœur plein) mulchées avec des tontes pleines de feuilles tombées. Au printemps, les fleurs s’étant ressemées, j’ai laissé faire sur les deux tiers, et planté des melons sur le reste de la parcelle.

Enregistrer

Enregistrer

Les machaons de la 3

Après des pois  mangetout (Carouby  de Maussane ) et des fèves ( D’aguadulce ) semés en février 2016,  qui avaient été paillés avec du broyat et de la tonte, j’avais repiqué en juillet, des choux fleur : Merveille des quatre saisons et des choux d’hivers : Milan de Pontoise. Les gelées précoces de l’automne avaient fait de gros dégâts . Cette année, après grelinage, j ai planté deux rangs d’oignons jaunes ( Paille des vertus) en février. Début mai, j’ai semé des panais et repiqué des fenouils sur le reste de la parcelle 3.

 

Les fenouils ont vu apparaître début juin, et nous aussi, des chenilles de machaon. Anne Marie adore les papillons et autres araignées,nous avons donc élevé deux chenilles machaons dans un grand bocal. Anne vous en dira plus en partie cuisine (on ne les mange pas ) on les préfère vivants,  c’est si beau le matin de découvrir ce papillon volant dans le jardin.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La surprise du dom

Non signalé dans les plans du jardin, un parterre potager a été créé dans le pré à moutons sur une ancienne place de feu. Il y a quelques années,  avant le recyclage et l’utilisation de presque tous les déchets du jardin,  nous faisions brûler les cartons,  papiers,  sciure (je chauffe au bois et je le façonne l’ hiver ) et autres déchets du jardin.  Il restait un dépôt de sciure et de  chutes de sciage avec quelques branches de taille et de végétaux non compostés. A l’ automne 2016,  en étalant tout cela et avec un apport de fumier, de tonte,  de feuilles,  de foin,  un parterre circulaire d’environ deux mètres trente de diamètre a été créé. Ce printemps,  une fois barricadé à cause des moutons,  j’ai planté des topinambours,  des courges musquées,  des potimarrons,  un pied de patate douce,  des courgettes rondes, et même trois ou quatre plants de haricots  d’Espagne . QUELLE  JOLIE PAGAILLE .

Vigne et framboisiers

Petite la vigne !

4 pieds de raisin de table, rosé et blanc, il y a très peu de grappes cette année avec les gelées d avril. Ce matin, après un petit désherbage (manuel bien sûr) j’ai renforcé le mulch au pied des cordons (trois à quatre mètres par pied) avec une nouvelle épaisseur de broyat (du thuya fraîchement passé au broyeur). Le thuya empêche bien la pousse des adventices et forme à terme un joli terreau noir, certainement un peu acide. À vérifier.

Les framboisiers sont des remontants, ils ont été mis en place en 2015. Taillés dans l’hiver, ils sont aussi paillés avec du BRF (broyat) de thuyas ou de cyprès. Dans le Jura, et certainement partout en altitude, les framboisiers poussent spontanément après les coupes blanches de sapins et d épicéas. Enfant, avec mes sœurs, nous en avons fait de belles récoltes dans le haut Doubs deux et trois ans après le passage des bûcherons. Mes framboisiers sont très drus, peut être à cause des mulchs de conifères. Avec les remontants, la meilleure récolte est celle de l’automne sur les pousses de l’année .

les cordons de vigne sont à droite, les framboisiers en prolongement.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et encore des patates

La parcelle 17 a été créée fin 2016 au bord de la clôture du pré dans le verger. Il y a deux petits cormiers et un poirier inclus dans la zone  jardinée. J’ai utilisé une méthode mixte sans le savoir ( Jean PAIN et BRF) avec une légère variante,  le compost a été remplacé par du fumier de mouton. Après fauchage,  un chemin a été tracé avec du broyat de branches de cyprès ou de sciure de sapin, puis j’ ai étalé directement sur le terrain (très très lourd ) une bonne couche de fumier. Une couche épaisse de broyat de thuya , de broyat de branches de cerisier ou de tonte pleine de feuilles de bouleaux avec pas mal de taille de berbéris ( bonjour les doigts ) a été étendue, formant trois sortes de mulch sur une longueur de 18m. Une troisième couche de feuilles et de foin grossier a été rajoutée.

En avril,  des pommes de terre ont été plantées au plus près du terrain d’origine, toujours très lourd et gorgé d’eau sur deux rangs ( chérie et safrane ). Des butternuts et des potimarrons ont été repiqués à chaque bout.

Dans le verger, le long de la haie, des arbres de haute tige sont implantés depuis une dizaine d années,  coté  pré quelques fruitiers ( pommiers,  pruniers, poiriers ), pas très productifs,  je ne m’en occupe pas assez!

 

Les patates

Parcelle 2, en 2016 j’ai planté des oignons et des échalotes, la récolte n’a pas été exceptionnelle vu la pluviométrie en plus j’avais mulché avec du BRF et de la tonte (à ne pas faire) cela favorise l’oïdium. Après récolte, j’ai semé un engrais vert (trèfle, moutarde, phacélie, avoine rude, rave d’Auvergne). Après destruction,  j’ai effectué un apport de fumier de mouton, de l’herbe pleine de feuilles récoltées sous mon fameux, chêne (il faut suivre!)  et pour finir un peu de foin pour éviter que toutes les feuilles se sauvent au premier coup de vent !! Au printemps,  je pensais planter des choux (fleur, tête de pierre et autres cabus) , mais vu l’état du terrain:  riche, gras à souhait, j’ai préféré planter des pommes de terre. J’ai le défaut de planter serré, dans cette  bande de six mètres j’ai planté environ 80 pieds sur trois rangs, avec trois variétés différentes.

Pour le moment aucun traitements n’a été effectué , cela fait 4 ou 5 ans que je n’ai pas vu de doryphore,  juste un peu de mildiou l’année dernière .

A NOTER: La parcelle 17 plantée également en pommes de terre fera l’objet d’un prochain article

la photo suivante a été prise mi mai.

Enregistrer

Ails et fraisiers

En parcelle 6, une culture de fraisier installée au printemps 2016 sur deux rangs avec des salades de chaque coté. J’avais recouvert la parcelle de tonte et de broyat de seringas, jolie récolte en fin d année bien que pas mal de pourriture grise (à cause du BRF). A l’automne j ai ajouté un troisième rang et planté en interligne des ails violets pour prévenir la pourriture (très efficace). Nous avons eu pas mal de fraises, il en mûrit  toujours. Aujourd’hui j’ai arraché les ails.

j’ ai nettoyé les fraisiers, coupé les stolons et paillé avec de la paille de blé récupérée chez mon voisin transporteur de bestiaux, puis repiqué quelques plants de poireaux entre les rangs. Il n y a plus qu’a attendre la récolte de cette automne (fraisiers remontants)

A NOTER : une plante a poussé dans les fraisiers, elle sert à traiter les verrues ( fleurs jaunes, sève orange). Je ne connais pas son nom.

Enregistrer

Visite de la parcelle 1

Nous ferons petit à petit le tour du jardin.

La parcelle 1 a été plantée en salades d’ hiver fin 2015 dont les restes ont été mulchés au printemps 2016. J’ai planté des pommes de terres, elles ont été buttées et mulchées avec de la tonte  et du broyat feuillu. Après la récolte des pommes de terre j’ai fais un semis de navet, de laitue à couper et de mâche.

Cette année le travail a débuté tard avec un bon grelinage (terrain argileux et très compact).  Un semis de tournesol, maïs pop-corn  et le repiquage de batavia en deux fois ont été effectués ce printemps. Cette fin semaine, la pluie étant là, je repiquerai quelques panais semés  dans un pot (plus facile à faire germer).

mulch de broyat feuillu

A NOTER: un petit carré de mâche a été laissé monter à graine pour faire un peu de semences.

Enregistrer

plan du jardin

Voici les plans approximatifs  de mon jardin et verger d environ 500m² dont 140 à 150m² cultivé en légumes et fleurs.

A plus  pour des explications détaillées.

Enregistrer

Enregistrer

Aujourd’hui 24 juin 2017

La température n’a pas dépassé 27,7 degrés aujourd’hui. Ce qui est beaucoup mieux que les 37°C d’avant hier. Après avoir arrosé et cueilli quelques légumes (pois mange tout, pomme de terre, concombres) j’ai broyé des tailles de haies pour mulcher  salades et tournesols.

J’ai préparé mon terreau de repiquage avec de la terre de taupinière et du compost de feuilles récoltées sous un grand chêne. Pour que les plants reprennent vite et bien, je tasse mon terreau dans des barquettes et je les arrose.

Préparation du terreau et remplissage des barquettes

Ensuite j’ai repiqué les semis de salades et choux que j’avais semé la semaine passée en barquette de six pots pour les choux et sans les pots pour les salades.

Semis d’une semaine (salades, choux ..)
repiquage après semis

A surveiller et à éloigner des escargots pour pouvoir les replanter d’ici 3 à 4 semaines.

A bientôt,

Dom

Enregistrer

Enregistrer