Tomates farcies

Cette recette m’a été demandée par mon fils Matthieu qui va sans doute être déçu, car il n’y a pas d’ingrédient secret. Je fais les tomates farcies comme sans doute la plupart des ménagères de plus de 50 ans mais surtout je les fais comme ma mère les fait et sans doute ma grand-mère les faisait aussi !
Peut être est ce que ça peut intéresser des personnes qui n’en ont jamais fait, les autres pourront comparer avec leur propre recette et me conseiller des améliorations.
L’ingrédient secret s’il y en avait un ce serait comme je l’ai déjà dit de bonnes tomates bien mûres et puis un peu de temps .
En premier lieu, je lave et j’évide mes tomates. Je les installe bien serrées dans un plat à four cela évite qu’elles se renversent surtout si c’est des tomates allongées.
Je sale l’intérieur de la tomate .
Puis je prépare ma farce :
J’achète de la farce à légumes toute faite dans mon supermarché ; elle peut très bien convenir telle quelle, mais je préfère lui ajouter quelques suppléments.


Des oignons émincés fins, du persil, de l’ail et bien sur de la mie de pain trempée dans du lait. Ma mère met le pain dans du lait chaud, car il « fond » mieux.
Moi, j’utilise du pain de mie car ça se délite mieux et puis je n’ai pas souvent de restes de pain. Je mets environ 3 grandes tranches de pain de mie pour 1 kg de farce.

C’est indispensable d’en mettre et il n’y en a jamais trop .

Ici,il y a en plus quelques morceaux de piment vert

Je rajoute souvent aussi un peu de la pulpe des tomates que je viens d’évider.

Pas assez de tomates ,je les ai remplacées par 2 belles fleurs de courgettes

Il faut bien mélanger l’ensemble, c’est important. Je le fais avec la main.
Sur chaque tomate avant de la mettre au four ou en cours de cuisson un tout petit morceau de beurre et du persil haché.
Je ne remets pas le chapeau de la tomate car cela empêche le dessus de griller et c’est moins bon (à mon goût)

A la cuisson cela rend beaucoup de jus, nous mangeons ces tomates le plus souvent avec du riz blanc juste cuit à l’eau .

L’été, j’en prépare de grands plats et j’en congèle une partie (s’il en reste)

Ce qui reste des tomates n’est pas jeté bien sûr, j’en fais de la sauce …suite au prochain numéro

Enregistrer

Enregistrer

Tagliatelles de courgettes

Avec mon outil « magique » acheté récemment à LIDL, j’ai pu faire une recette hyper facile, rapide et succulente.
Même les enfants peuvent l’utiliser sans risque et s’amuser à faire des guirlandes de courgettes qu’ils auront sans doute envie de goûter ensuite.

Il vaut mieux pour plus de facilité avoir une courgette moyenne ni trop grosse ni trop petite car sinon ça ne marche pas .Je l’ai choisi à la bonne taille,ce n’est pas les courgettes qui nous manquent !

J’ai pris une courgette pour nous deux c’est suffisant, à vous d’adapter au nombre de convives.


On peut faire ces tagliatelles avec un économe mais c’est plus long et moins rigolo.

il ne reste que le trognon avec les graines

Une fois la courgette toute « enguirlandée »,j’ai émincé un oignon que j’ai fait revenir dans une sauteuse avec de l’huile d’olive.

Puis j’ai ajouté ma courgette et je l’ai laissé cuire à feu doux en la retournant de temps en temps. La courgette ne rend presque pas d’eau. Le goût est différent des courgettes en rondelles et pour moi bien meilleur.

À la fin du sel, du poivre et du thym.

Pour accompagner une viande ou un poisson :des vitamines sans trop de calories.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Croquettes de poulet curry et piment

Dimanche, j’avais rôti un gros poulet et il nous restait pas mal de blanc .

Nous en avons mangé réchauffé, puis froid avec de la mayo mais pour le terminer j’ai choisi de faire des croquettes. Ce n’est pas la première fois que je fais ce genre de recette, mais ce n’est jamais la même en fait car ça dépend de la saison, des restes du frigo, des légumes et des épices dont je dispose.

Si vous voulez la tester, faites comme moi prenez ce qui vous inspire et goûtez au fur à mesure pour l’améliorer. Parfois c’est super bon d’autre fois c’est loupé. Cette fois, c’était pas mal même si le visuel pourrait être mieux

Je vous donne donc mon inspiration du jour.

Il vous faut pour une douzaine de croquettes :

250 g de blanc de poulet rôti

1 petit oignon haché

2 piments Achards (c’est ce qu’on a en ce moment : ils ne sont pas forts du tout mais très parfumés)

2 gousses d’ail

1 œuf entier

3 cuillères à soupe de fromage blanc

1 tranche de pain de mie (je l’ai mise car c’était un peu trop mou)

1 cuillère à café de curry

persil, sel, poivre

+ 1 œuf et de la chapelure pour paner les croquettes

Préparation

Dans un mixeur, mettez le poulet, l’oignon, l’ail, les piments préalablement épépinés, le persil, l’œuf et le pain de mie. Hachez le tout bien fin .

Dans un grand bol mélangez votre préparation avec le fromage blanc et le curry .

Assaisonnez à votre goût .

Préparez une assiette avec un œuf battu, une autre avec de la chapelure ou des biscottes écrasées)Faites des petites boulettes (ou quenelles ou croquettes)avec votre préparation.

Les miennes ne sont pas très régulières car le mélange était un peu mou donc difficile à manipuler.J’aurai peut être dû les mettre quelques minutes au congélateur pour les faire durcir.

Trempez chacune d’elles dans l’œuf puis la chapelure.

Faites cuire dans une poêle avec de l’huile bien chaude pendant quelques minutes jusqu’à ce soit bien doré

Réservez sur une assiette avec du papier absorbant.

À déguster avec une salade verte.,

Pour tout dire il me restait du mélange le soir et je l’ai fait cuire dans une feuille de riz façon nems(photo du haut)

Enregistrer

Enregistrer

Sauce crudité au basilic

Dans mon dernier article, j’ ai parlé d’une chantilly au basilic faite au siphon.

J’avais passé ma crème de basilic infusée avant de la mettre dans le siphon et j’ai récupéré à peu près 2 cuillères à soupe de basilic crémeux qui était resté dans la passoire.

Ça avait une belle couleur verte et beaucoup de goût donc dommage de le jeter .

Je l’ai donc mélangé ce basilic avec la même quantité de mayonnaise maison et hop voilà une sauce crudité excellente et facile pour l’apéro.

Enregistrer

Enregistrer

Tartare de tomates,concombre,crème de thon ,mousse au basilic

Pour recevoir Steph, Sébastien et leur petite famille, nos neveux, j’ai choisi de faire une entrée assez fraîche et plus élaborée mais toujours avec les produits du jardin.

 

J’ai préparé presque tout la veille sauf la mousse de basilic dont j’ai eu l’idée au dernier moment ou presque.J’ai présenté la recette dans des verres.

Ingrédients pour 8 personnes

pour le tartare de tomates

Des tomates (4 ou 5 selon grosseur)j’en ai mis 4 dont une très grosse tomate ananas

1/2 concombre (on peut faire sans)

sel, poivre,1 cas d’huile d’olive

Pour la crème de thon

250 g de fromage type Philadelphia ou St-Moret

1 grosse boite de thon

Un oignon blanc haché fin

Des fines herbes (persil, ciboulette, cerfeuil,thym, estragon)

1 cuillère à soupe de moutarde (je l’ai remplacé par de l’huile de moutarde que Mag m’a offert et qui a relevé tout de suite le plat)

poivre, en principe pas besoin de sel, car le thon et la moutarde sont déjà salés

pour la mousse de basilic

40 g de feuilles de basilic

250 g de crème entière

sel, poivre

un siphon

Préparation

 Tartare tomates et concombre

Lavez tomates et concombre. Pelez et épépinez-les.

Les couper en tout petits carrés.

Assaisonnez à votre goût.

 Crème de thon

Égouttez le thon, le mixer avec le fromage, la moutarde, l’oignon et les fines herbes. Ajoutez le poivre et le sel si besoin.

Mousse de basilic

Lavez et séchez les feuilles de basilic

Faire bouillir la crème puis y mettre les feuilles de basilic.

Laissez infuser 30 min

Mixez le tout avec un mixeur plongeur

Salez, poivrez.

Réservez au frigo pour que la préparation soit bien froide.

Passez le tout dans une passoire fine .

Mettre dans le siphon avec une capsule de gaz et c’est tout.

Dans une coupe ou une verrine mettre une couche de crème de thon, une couche de tartare et la mousse de basilic.

J’ai rajouté par-dessus de l’œuf dur mixé pour la couleur.

Bon appétit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Passion tomates

et non ce n’est pas une recette fruits de la passion et tomates dont je veux vous parler car même si j’aime bien les deux je n’ai jamais testé l’association qui serait bien acide à mon avis.
C’est ma passion des tomates que je veux vous raconter.
Depuis toujours, j’adore ce légume- fruit d’abord parce qu’il est beau :une belle tomate bien rouge, bien ronde au milieu de son feuillage vert foncé ça donne du plaisir rien qu’à la regarder .
Depuis quelques années, Dom cultive (un peu à ma demande) des tomates plus variées avec des couleurs et des formes différentes mais du coup c’est encore mieux .
Les tomates ananas par exemple ont des couleurs qui varient du jaune à l’orangé et même presque rouge, les roses de Berne d’un rouge moins violent, les noires de Crimée qui ne sont pas vraiment noires, les Green zébra, les tomates blanches, les tomates cerises rouges, jaunes, c’est aussi beau que des fleurs dans un jardin.


Je n’achète pratiquement jamais de tomates à part parfois des tomates cerises pour égayer un plat en début de saison car si on a goûté celles du jardin on ne peut pas trouver l’équivalent même en pleine saison.
Et puis parlons cuisine: il y a tellement de façon de cuisiner ces tomates et heureusement car l’été nous en mangeons tous les jours et souvent aux deux repas !
Je vais vous décliner quelques recettes simples sur plusieurs jours .
Par cet exceptionnel temps froid pour un mois d’aout ,je vous propose celle -ci :
pommes de terre à la belle saison

Ingrédients :

1 kg de pommes de terre

600 g de tomates

2 poivrons verts

1 gros oignon

1 gousse d’ail, un bouquet garni, sel,poivre

Préparation

Peler les tomates

Épépiner les poivrons (pas nécessaire de les peler)

Éplucher pommes de terre et oignon

Couper tous les légumes en gros cubes.

Dans une cocotte, faire revenir les oignons sans les colorer

Puis, ajouter tous les légumes, ail, sel, poivre,bouquet garni (thym, romarin,persil)

Couvrir et laisser mijoter 30 min

Dom a beaucoup aimé, il a retrouvé tous les parfums de la tomate, du poivron, du romarin…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Masque concombre,miel,gingembre

Les concombres sont actuellement en pleine production, nous en cueillons 3 ou 4 par semaine et il devient difficile de tout manger à deux, nous en donnons aussi volontiers mais nous sommes malgré tout un peu débordés.
D’autant plus que c’est un légume qui est bon très frais quand il est gorgé d’eau et qui ne se conserve pas trop longtemps.
Alors je me suis souvenue que le concombre était bon pour la peau et j’ai voulu le tester en masque pour le visage.
J’ai cherché une recette et comme d’habitude je l’ai « arrangé » à ma sauce !
Voilà donc ma recette testée et approuvée par moi-même.

Ingrédients
1/2 concombre
1c à soupe de miel (d’acacia pour moi)
3 cm de gingembre frais

et avec du miel local !

Réalisation
J’ai coupé le concombre en rondelles, épluché le gingembre .
J’ai mis le tout avec le miel dans un mixer .
J’ai mixé .
Ensuite au réfrigérateur pendant 1 h environ.
Le mélange n’était pas très homogène (j’aurai peut-être dû le mixer plus longtemps)

Je me suis appliquée cela tant bien que mal sur le visage et je l’ai gardé 20 bonnes minutes. C’était un peu froid au départ mais finalement pas désagréable

Spéciale dédicace à Mag

À vrai dire, j’ai fait ce masque un peu pour rigoler et bien j’ai été agréablement surprise .
Ma peau a bien apprécié, elle était toute douce comme retendue et réhydratée.
Comme il en reste pas mal, je le garde au frigo et je recommence demain .
Et puis ce n’est pas les concombres qui manquent…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Haricots verts à l’italienne

Cette recette est issue d’un ancien livre de cuisine qui était donné avec les cocottes-minute Seb.
Ma mère cuisinait les haricots très souvent à l’italienne et moi j’en ai toujours fait aussi.
Les enfants qui  rechignent à manger des haricots verts apprécient souvent cette recette .
Je n’ai jamais essayé de la faire sans cocotte-minute mais j’imagine que ça doit être possible avec un temps de cuisson plus long bien sûr.

Pour la préparation il vous faut :
1 kg de haricots verts effilés
500 g de tomates pelées
3 cuillères d’huile d’olive
1  gros oignon
1 gousse d’ail
bouquet garni
sel, poivre, piment (facultatif)
du persil haché

Épluchez les tomates et coupez les en gros morceaux

Hachez grossièrement l’oignon et l’ail

Faites revenir vivement les tomates et les oignons dans la cocotte contenant l’huile d’olive.

Ajoutez les haricots, le bouquet garni et l’ail.

Salez, poivrez.

Fermez la cocotte et laissez cuire doucement 10 min à partir du chuchotement de la soupape

Au moment de servir, ajoutez du persil haché et une noix de beurre.

Personnellement je ne pèse rien et je pense que je mets plus de tomates que dans la recette originale.On peut aussi mettre du piment de Cayenne ou Espelette si on aime.

J’ai au jardin des tomates bien mûres (j’ai mis surtout des noires de Crimée et les haricots dont je ne connais pas le nom sont excellents. Dom me les cueille tout fins.

Comme j’avais beaucoup de haricots, j’en ai mis aussi en bocaux.

J’ai précuit mes haricots comme la recette ci-dessus, je les ai mis dans les  bocaux puis à stériliser pendant 30 min.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

les choux de la 16

Aujourd’hui, j’ai eu envie de cuisiner les petits choux bien pommés qui me faisaient de l’œil à chaque fois que j’allais au potager .
Le chou étant plutôt un légume d’hiver, quand il fait chaud on a pas toujours envie d’en manger surtout qu’à cette période le jardin regorge de légumes de toutes sortes.
Mais la météo étant plus fraîche, je me suis laissé tenter par les choux.
J’en ai pris deux, car ils ne sont pas bien gros et puis ça fera plusieurs repas !
Ils étaient bien ronds, pas tachés et à peine habités (seulement 2 bébés escargots dans les feuilles).
Parfois, je blanchis le chou.Il parait qu’on le digère mieux et que le goût est moins fort mais là il s’agissait de petits choux bien frais donc je les ai cuisinés tels quels.
J’ai cueilli aussi 3 carottes normales et une jaune, un oignon, un bouquet garni (laurier, thym, persil)


J’ai eu besoin aussi de sel, poivre, cumin en poudre et un cube de bouillon de bœuf.
parfois je rajoute du lard fumé mais je n’en avais pas alors j’ai fait sans !
Après avoir tout nettoyé, lavé, j’ai coupé mes choux en quatre, mon oignon et mes carottes en rondelles
J’ai mis une couenne dans le fond de ma cocotte minute, tous les légumes par-dessus, sel, poivre, cumin,le bouquet garni et le bouillon obtenu avec le cube et un verre d’eau bouillante


J’ai fermé ma cocotte et laissé cuire 1 h environ (ma vieille cocotte minute fuit un peu)
Il y avait une bonne odeur de chou, laurier et cumin dans la cuisine.
La cuisson était parfaite. On a mangé cela avec des saucisses de Toulouse que j’avais grillé au barbecue.J’aurai aussi pu les faire cuire avec le chou bien sûr.
C’était très bon, un peu sucré sans doute à cause des carottes. Le cumin n’est pas indispensable mais on aime bien et ça se marie très bien avec le chou.

En entrée, une tomate et 1/2 concombre en salade et voilà un repas bien copieux

Enregistrer

fenouils et tomates

Le fenouil est traditionnellement cuisiné dans le midi et ne fait pas partie de la culture culinaire du Charolais.

En ce qui nous concerne, nous ne cultivons du fenouil que depuis peu de temps et je ne sais pas très bien le cuisiner donc je fais des essais.
La semaine dernière, j’ai voulu faire du fenouil braisé. Je ne l’ai pas blanchi préalablement et je ne l’avais pas assez coupé, il était donc dur malgré une cuisson longue.

Aujourd’hui, j’ai voulu retenter l’expérience et c’était plutôt réussi

J’ai utilisé :

2 beaux bulbes bien frais

500 g de tomates(du jardin bien sûr)

1 gros oignon

2 gousses d’ail

huile d’olive, sel, poivre

un bouquet de persil plat

Recette :

Laver les bulbes, enlever les tiges, le  » toupet » vert et les premières feuilles qui sont plus dures

Faire blanchir les bulbes entiers 5 min à l’eau bouillante

Les égoutter, les passer sous l’eau froide

Émincer les oignons et les faire revenir 5 min dans une cocotte avec un peu d’huile d’olive.

Ajouter les fenouils préalablement coupés en gros quartiers et faire revenir doucement 10 min de plus (sans colorer)

Peler les tomates (facile si elles sont du jardin et bien mûres), les couper en quartiers et les ajouter dans la cocotte

Peler les gousses d’ail et les mettre entières avec le reste

Saler, poivrer.

Laisser mijoter à découvert 30 min en remuant de temps en temps.

Avant de servir ajouter le persil plat haché grossièrement. 

Eh bien c’était très bon. Je l’ai servi avec des pâtes (ça aurait sans doute aussi été très bien avec du riz blanc) et une omelette au cerfeuil . 

La mère des lapereaux s’est régalé avec les feuilles de fenouil, les poules avec les peaux de tomates et les coquilles d’œufs.

Rien de perdu !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

le cacou de s’rises de la nénette

La Nénette, c’était ma grand-mère (Anne Antoinette pour l’état civil).
L’été les cerises abondaient souvent et ma grand-mère faisait des cacous que je dévorai. Plus tard, elle m’a donné sa recette du  » cacou »sorte de clafoutis non levé spécialité de la région. La particularité de ce  » cacou »est qu’il doit se faire avec des petites cerises noires très sucrées dont on enlève pas les noyaux. Cela lui donne un goût particulier et surtout le bon jus de cerises reste à l’intérieur du gâteau

.
C’est une recette facile,rapide, inratable.
Il n’y a même pas besoin de peser les ingrédients :
2 gros œufs entiers
6 cuillères à soupe de sucre
6 cuillères à soupe de faine
1 paquet de sucre vanillé(facultatif)
4 cuillères à soupe d’huile ou son équivalent en beurre
6 cuillères à soupe de lait
1 pincée de sel
Des cerises en abondance (au moins 500 g)
Préparation :
Mélanger rapidement les œufs avec le sucre, le sucre vanillé, la farine et le sel, un peu comme pour une pâte à crêpes.
Ajouter l’huile puis le lait froid
Beurrer et fariner un moule de 22 cm de diamètre
Mettre les cerises non dénoyautées dans le moule.
Recouvrir avec la préparation.
Mettre au four moyen pendant 40 min

 


Bon appétit mais attention aux noyaux !

On peut aussi le faire cuire à la poêle comme une crêpe épaisse mais ç’est un peu plus gras, car il faut rajouter du beurre ou de l’huile dans la poêle pour que le jus sucré des cerises n’attache pas et ce n’est pas toujours facile à retourner
On peut faire la même recette avec d’autres fruits en particulier avec des pommes ou des poires .

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Crème de cassis

La crème de cassis est un classique de notre région.
On l’offrait dans des petits verres à liqueur à la fin des repas du dimanche ou simplement quand quelqu’un venait l’après midi « boire le café ». Mon frère et moi, enfants, n’y avions pas droit mais dès que les invités avaient franchi la porte et avant que ma mère ne range, nous nous précipitions pour lécher le fond des verres.C’était tellement bon, bien sucré, bien parfumé…
C’était plutôt les femmes qui buvaient le cassis, les hommes préféraient quelque chose de plus costaud :la goutte ! Celle-ci était distillée avec les fruits disponibles et le grand jeu des hommes était de deviner de quels fruits elle provenait, le plus souvent la poire, la prune, la prunelle (la goutte de plosses) parfois la cerise et puis bien sûr le marc de bourgogne.
Pour en revenir au cassis, tout le monde avait des cassissiers et faisait sa liqueur selon les recettes de famille.

Voici donc la mienne :

Cueillir et laver 1,5 kg de cassis bien mûrs. Pas nécessaire de les égrapper.

Les écraser avec un pilon

Les mettre à macérer dans une bassine avec 2 bouteilles de vin rouge assez corsé (13°) pendant 5 jours en remuant de temps en temps.

Puis, égoutter le tout en pressant encore un peu les fruits et en laissant le jus s’écouler.

Peser le liquide obtenu (vin+ jus de cassis)

Ajouter la même quantité de sucre et porter le tout à ébullition pendant 5 min.

Enlever les impuretés qui se trouvent sur le dessus du liquide.

Laisser un peu refroidir

Filtrer une nouvelle fois le vin de cassis et remplir des bouteilles bien propres et sèches.

Cela m’a fait presque 4 bouteilles de crème de cassis.

Elle est très sucrée (trop ?) mais pour l’avoir testée dans du vin blanc, cela fait un Kir tout à fait acceptable !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Muffins aux groseilles

Bien sûr, si les cassis sont mûrs, les groseilles le sont aussi même si elles ne voient pas beaucoup le soleil, car elles sont derrière les cassissiers.

J’en ai de deux sortes :des blanches et des rouges.J’en fais habituellement des confitures souvent en mélangeant les deux variétés, car les rouges amènent de l’acidité et les blanches sont plus douces.

                                              

Pour Christophe qui repart en Guadeloupe, j’ai fait quelques muffins avec les groseilles rouges pour le remercier de sa patience…

La recette :

pour 18 muffins

250 g de groseilles

100 g de beurre ramolli

200 g de sucre

2 gros œufs (j’en ai mis 3 moyens)

350 g de farine avec levure incorporée

1 pincée de sel

1 sachet de sucre vanillé

200 ml lait

50 ml de crème

D’abord, j’ai lavé et égrappé les groseilles afin de ne plus avoir du tout de tiges (c’est le plus long)

Ensuite, j’ai travaillé le sucre et le beurre mou avec le robot, ajouté les œufs un à un, puis le sucre vanillé, la farine et le sel .

Délicatement avec une spatule, j’ai rajouté le lait et la crème.

Et enfin j’ai ajouté les groseilles en essayant de ne pas trop les écraser

J’ai mis ma pâte dans un moule à muffins en silicone .

Au four (préchauffé à 200°) pendant 15 min environ.

On vérifie la cuisson avec la pointe d’un couteau qui doit ressortir sèche.

Ne pas démouler tout de suite. J’ai dû aussi beurrer mon moule car avec le jus des groseilles ça avait tendance à coller.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

la diversité dans l’assiette

En ce mois de juillet la grosse saison des récoltes commence.
Pour le repas de ce midi, j’ai voulu compter le nombre d’ingrédients du jardin utilisés pour un seul repas et pourtant le menu était très simple :
Salade du jardin avec les 2 premières tomates de la serre.
Pintade agrémentée de romarin, thym, laurier et ail du jardin
Haricots verts (les tous premiers: trop bons avec juste un peu d’ail et de persil et un bon morceau de beurre)


soit 8 ingrédients différents et seulement quelques pas à faire pour les cueillir!

Je ne veux pas me présenter comme une cuisinière hors pair. Comme beaucoup je prends des recettes dans les livres ou sur internet, mais je veux montrer qu’on peut tirer parti de tout ce qu’on trouve au fil des saisons pour faire des menus variés et sains.

Enregistrer

Gelée de cassis

Il y a deux jours, j’ai cueilli un grand seau de cassis. Ils sont maintenant bien mûrs et commencent à tomber.

ma dernière cueillette

je vais en faire de la gelée .
Depuis l’année dernière, je possède un extracteur de jus et je m’étais dit que ça simplifierait le travail .
J’ai fait une première expérience en mettant les baies de cassis juste lavées dans l’extracteur .
j’ai eu beaucoup de pulpe et un jus beaucoup moins clair qu’en faisant comme les autres années ou je passais mes baies (après les avoir fait précuire) au moulin à légumes.
De plus quand j’ai mis le sucre, ça m’a fait des grumeaux.
La gelée résultante était moins foncée et moins prise et avait quelques grumeaux. Le goût était un peu différent et je ne sais pas si elle va bien se conserver.

Donc deuxième expérience avec des cassis plus mûrs que j’ai passé à l’extracteur après les avoir fait bouillir 5 min environ .

cassis avant l’ébullition
les baies après ébullition

La pulpe recueillie à la sortie de l’extracteur est épaisse et très foncée.

J’ai fait ma gelée ensuite en ajoutant autant de sucre que de pulpe.

J’ai fait bouillir environ 10 min en écumant le dessus et j’ai une gelée très belle, bien prise et très bonne.

.

Conclusion : je pense qu’il est préférable de ne pas trop modifier les recettes qui ont toujours bien marché par le passé !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

naissance du premier machaon

 

Ce matin, j’ai eu le plaisir de voir un beau machaon dans le bocal où j’avais placé mes deux chenilles trouvées sur les fenouils il y a quelques semaines.
Je connaissais déjà ce papillon pour en avoir déjà “élevé” dans mon enfance. Jusqu’à maintenant je n’en avais jamais vu que sur les carottes. Il faut dire que nous n’avions pas de fenouil dans le jardin de mes parents !


J’avais peur que des oiseaux mangent les chenilles et donc j’en ai gardé deux dans le bocal avec des feuilles de fenouil et de carottes. J’ai renouvelé les feuilles tous les jours et enlevé les “crottes”.
je leur avais mis aussi une tige de bois et au bout de quelques jours, les chenilles se sont accrochées à la tige et se sont transformées en chrysalide.
Et ce matin, un beau papillon, je l’ai laissé se sécher quelques heures, j’ai pris des photos et j’ai ouvert la fenêtre…

Enregistrer

Enregistrer

huile de romarin

L’année dernière, j’avais fait 2 bouteilles d’huile au basilic selon une recette du site cuisine basse température

Huile au basilic arômatisée à basse température

c’est une des meilleures façons que j’ai trouvé d’avoir le parfum du basilic dans mes pâtes, sur une pizza quand il n’y a plus de basilic au jardin.
C’est facile à faire, ça se conserve bien même en dehors du réfrigérateur.

Donc, cette année je compte bien en refaire.

Pour l’instant, j’ai fait un essai avec une petite bouteille d’huile de romarin selon une recette du même site. C’est peut être d’un intérêt moindre car du  romarin j’en ai  toute l’année. Nous allons goûter et si c’est concluant j’en préparerai  peut être pour offrir.

Enregistrer

tarte aux framboises

Depuis quelques jours les framboises commencent à arriver. Je n’étais pas pressée car j’en ai eu jusqu’en novembre dernier et j’ai encore des coulis au congélateur!

Mais les belles framboises m’ont donné envie de faire une tarte. Une pâte sucrée, une fine couche de frangipane, des framboises bien alignées et le tour est joué…

La pâte et la frangipane ont été cuites ensemble la veille et les framboises ont été nappées d’une gelée de framboises pour les faire briller et les sucrer.

sympa,non ?

Enregistrer

Enregistrer

les premiers concombres

Bonjour
Je me lance et écris mon premier article.
Je vais essayer de vous faire partager mes idées, astuces pour cuisiner de différentes façons les produits du jardin et de la basse cour avec des ingrédients simples et très frais.
Aujourd’hui nous avons récolté nos deux premiers concombres (ils ont été cultivés dans notre petite serre)
Mes deux fils présents ce dimanche ne raffolant pas de ça, je n’en ai cuisiné qu’un seul coupé en rondelles fines avec un yaourt bulgare, du jus de citron, sel, poivre et de l’aneth du jardin. C’est rapide et frais pour une entrée.

Enregistrer