Les Kiwis

Il a  30 ans, notre Actinidia femelle (nom de l’arbre à kiwis) et cette année il nous a donné une abondance de fruits. En raison des risques de gelées annoncées et comme chaque année à la même époque, nous cueillons les fruits avant le mûrissement, nous les entreposons à l’abri et les consommons au cours de l’hiver.

Autant les 2 années précédentes, nous n’avions eu que quelques fruits en raison du gel des fleurs au printemps  et d’une taille drastique, autant cette année, il va falloir mobiliser la famille, les amis pour tout consommer. Pas loin de 150kg de récolte !

Un colis prêt à partir dans le Chatillonais

 

Il a pourtant été long à produire ce kiwi. À l’origine, nous avions acheté 2 pieds mâle et femelle mais le mâle n’a pas résisté aux rigueurs de l’hiver  Charolais.  Au début, presque chaque année, les  jeunes rameaux et les bourgeons  gelaient .

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, le kiwi est une liane qui s’accroît chaque année. Elle a besoin d’être palissée ou adossée à un mur. Elle cherche à s’enrouler autour d’un support .

Une liane du pied mâle s’enroule autour d’un rosier
L’Actinidia mâle encore jeune

Toujours est il que si vous achetez un petit kiwi, il ne faut pas vous attendre à avoir des fruits très rapidement, prévoyez minimum 5,6 ans et tout dépendra des gelées printanières. Les fleurs apparaissent vers le mois de mai, celles du pied mâle sont plus précoces (en tout cas pour le nôtre mais cela dépend peut-être de la variété). Chaque année, on se demande si la pollinisation va se faire, car les fleurs mâles sont presque fanées quand les fleurs femelles commencent à s’ouvrir. La fenêtre de tir est faible mais ça marche grâce en particulier aux gros bourdons qui adorent les fleurs de kiwis. Ça bourdonne à plein autour de l’actinidia mâle au printemps.

Avant d’avoir racheté notre nouveau pied mâle, c’est « Grelinette » qui jouait le pollinisateur avec des fleurs mâles « prêtées » par le médecin du coin. Il était tout aussi efficace mais vrombissait moins !

Une ombre bien appréciée en plein été

Notre pied femelle a été déjà taillé plusieurs fois et même bien rabattu il y a un an, car nous risquions de ne plus pouvoir atteindre le fond du jardin. La sève coule abondamment lors de la taille et nous nous avons cherché à savoir si on pouvait la boire comme la sève de bouleau. C’est  à cette occasion que nous avons appris qu’elle contenait du THC en faible quantité et que les chats en raffolaient. Les nôtres n’ont pas eu l’air plus que ça intéressés. Et pourtant, ils font souvent la sieste sous le kiwi mais est  ce que c’est l’ombre qui les attire ou l’odeur, mystère…

A part le gel,l’actinidia ne semble guère sujet aux maladies,il n’est pas attaqué par des parasites et les fruits sont sains .

Donc, nous avons cueilli nos fruits comme d’habitude vers la fin octobre .

Ils ne sont pas mûrs mais se conservent bien dans un endroit frais. Nous accélérons le mûrissement en les mettant dans une boite avec des pommes  par petites quantités. Ce serait dommage que tout mûrisse en même temps, nous ne pourrions pas faire face!

En tout cas,c’est une bonne source de vitamine C tout à fait locale .

Heureusement rien n’est jamais perdu, car les moutons adorent le kiwi même un peu fermenté.

et encore, on en a déjà donné!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image